Castration

La castration désigne l’ablation chirurgicale des glandes sexuelles ou gonades, les ovaires chez la femme, les testicules chez l’homme.
On étend le sens de ce mot à toute intervention, physique ou médicamenteuse, qui aboutit à la suppression de l’activité spécifique de ces organes, c’est-à-dire de la capacité de procréation et de production des hormones sexuelles. Elle entraîne des modifications profondes de la sexualité (diminution du désir et de la puissance sexuels) et dans d’autres fonctions, comme le métabolisme osseux, déficits comparables à ceux observés après la ménopause et l’andropause.
En cancérologie, la castration a été introduite pour la première fois en 1896 : Beatson, un chirurgien écossais, montre que l’ablation des ovaires est un traitement efficace du cancer du sein, à une époque où les hormones sont mal connues. Environ 50 ans plus tard la castration est appliquée chez l’homme pour le traitement du cancer de la prostate (voir Hormonothérapie). La suppression de l’activité des glandes sexuelles fait maintenant partie du traitement des tumeurs dont la progression est stimulée par les hormones qu’elles produisent (sein et prostate).
Elle peut être obtenue par d’autres moyens que la chirurgie. L’effet de la radiothérapie sur les ovaires est connu et utilisé depuis le début du XXe siècle. Elle provoque un arrêt progressif des ovulations et de la production d’hormones. On dispose maintenant d’hormones de synthèse (Agonistes de la Luteinizing Hormone Releasing Hormone – A LHRH) qui suppriment la stimulation des ovaires par l’hypophyse et produisent le même effet. Appliquées à l’homme, elles arrêtent la fonction testiculaire. Cet effet est réversible à l’arrêt du traitement.
En cas de cancer de l’ovaire lui-même, l’ablation des deux ovaires doit être pratiquée, sauf exception, tandis que l’ablation des deux gonades n’est pas obligatoire pour le traitement d’un cancer du testicule.
Enfin les gonades, ovaires ou testicules, peuvent être affectés par une radiothérapie de voisinage, plus fréquemment par des chimiothérapies administrées pour traiter une tumeur. Suivant le type de chimiothérapie, sa durée d’administration et l’âge du sujet, la production des gamètes (ovules, spermatozoïdes) et les sécrétions hormonales peuvent être altérées et réduites à des degrés divers, d’où un effet de suppression hormonale plus ou moins complet.

Simone Saez., 16/5/2002
mise à jour le : 12/12/2005

Liens connexes

Ablation
ACE
Age
CA
Cancer
Cancérologie
Castration
chimiothérapie
Chirurgie
Glande
Gonades
Hormones
Hormonothérapie
Hypophyse
If
Médicament
Ménopause
Métabolisme
Os
Ovaire
Progression
Rad
Radiothérapie
Rat
Sécrétion
Sexualité
Signe
Thé
Traitement
Tumeur
Urée